lequotidien.ma
LE Quotidien

Elections législatives en Mauritanie: Pourquoi les Sahraouis de Tindouf participent aux votes?

De nombreux « Sahraouis » membres du polisario se dirigent vers leur pays d’origine, en Mauritanie, pour participer aux élections législatives, régionales et communales pour manipuler une partie de la classe politique mauritanienne.

La Mauritanie s’apprête à connaître des élections législatives du 13 au 27 mai, pour élire les 176 membres de l’Assemblée nationale de Mauritanie, à un an de l’élection présidentielle. Les enjeux de cette élection sont importants pour les Mauritaniens, mais encore plus pour ceux qui sont considérés comme étant originaires du Sahara.

« Des sources locales dans le nord de la Mauritanie ont signalé une augmentation significative du nombre de Sahraouis traversant la frontière commune entre l’État algérien de Tindouf et l’État mauritanien du Tiris-Azemmour (Zouerat) », a indiqué le site d’information mauritanien Anbaainfo.

Ils viennent de Tindouf en Algérie, pour voter en Mauritanie. Les membres de la milice du polisario se mobilisent pour influencer le cours des élections et voter pour des candidats proches du mouvement et proches de l’Algérie.

Le polisario, la milice séparatiste créée et financée par l’Algérie pour amputer le Maroc du Sahara, encourage les Sahraouis détenteurs de documents d’identités mauritaniens à se rendre dans le nord de la Mauritanie afin de participer aux élections en votant pour des candidats de gauche, connus soutenir les thèses séparatistes dans la région, indique le média mauritanien.

Depuis de nombreuses années, les habitants des camps de Tindouf participent aux élections en Mauritanie afin de garder la main sur ce pays, quatrième partie au dossier du Sahara. Ce retour au bercail à chaque scrutin électoral explique les enchevêtrements du dossier du Sahara, et surtout les manipulations génétiques de la population Sahraouie, créés en amont par l’Algérie.

Le Maroc n’a cessé d’alerter la communauté internationale au sujet de cet exercice de changement ethnique opéré par l’Algérie depuis 1976. Les populations Sahraouies originaires du Maroc et captives des camps de Tindouf en Algérie sont en effet, devenues minoritaires par rapport aux Mauritaniens, Algériens du sud, de Maliens et Nigériens, installés avec les Sahraouis dans les camps.

Au fil des années, la direction du polisario a mis en place une stratégie de brassage ethnique entre ces populations et a ordonné aux femmes d’enfanter le plus possible afin d’envoyer leurs enfants se former à la guerre et in fine de grossir le nombre des populations en vue d’un éventuel référendum d’autodétermination.

Dans le même temps, l’Algérie qui pilote cette opération, refuse catégoriquement de procéder à une identification et un recensement des populations des camps de Tindouf par l’ONU, malgré un appel en ce sens de la part du Maroc et contenu dans les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Le retour des Mauritaniens des camps de Tindouf est donc naturel pour eux, et ils le font plusieurs jours à l’avance pour s’y préparer. Selon Anbaainfo, « la plupart d’entre eux (les « Sahraouis » en provenance des camps de Tindouf, NDLR) possèdent des documents d’état civil mauritaniens, notamment un passeport et une carte d’identité nationale ».

Il est à se demander les raisons pour lesquelles « la plupart » des résidents des camps de Tindouf possèdent la nationalité mauritanienne alors qu’ils sont considérés aux yeux de la communauté internationale comme originaires de l’ancienne colonie espagnole nommée « Sahara occidental », un territoire revenu sous souveraineté marocaine en 1975 avec la Marche Verte.

Par ailleurs, ces élections en Mauritanie sont considérées par de nombreux « Sahraouis » captifs des camps de Tindouf comme une occasion de fuir pour s’installer temporairement en Mauritanie avant d’organiser « un retour au Maroc », indique Anbaainfo.

« Des sources sahraouies ont déclaré que plus de 6 000 Sahraouis vivant dans les camps de Tindouf avaient auparavant profité de l’opportunité de voter aux élections mauritaniennes pour ne pas retourner dans ce que ces sources ont appelé « l’enfer des camps de Tindouf », indique le site d’information.

The post Elections législatives en Mauritanie: Pourquoi les Sahraouis de Tindouf participent aux votes? appeared first on Hespress Français – Actualités du Maroc.

Join the Discussion

Your email address will not be published. Required fields are marked *

arrow